Les attentes sont des choses puissantes. Nous nous retrouvons à y répondre, nous vivons à la hauteur de ces dernières, nous sommes déçus à cause d’elles et même, nous nous plaignons à leur sujet. La chose, cependant, que nous ne pouvons faire est d’y échapper. Les gens s’attendent à des choses.

Ceci est vrai aussi dans l’église. Ceux qui enseignent la Parole de Dieu sont constamment exposés à être évalués par la congrégation qu’ils guident. Nous tous qui vivons dans un monde qui surveille tout, nos propres gens attendent des choses de nous. Le fardeau qui découle de ces attentes peut être accablant.

Lors d’un voyage outre-mer, Bill Crowder, un homme de Dieu accompli, a été estomaqué par la question que lui posa un de ses collègues. Alors qu’ils étaient en route vers le bureau, son ami lui posa une question surprenante. Il a dit : « Pourquoi les pasteurs âgés sont-ils si amers? »

Après un moment de réflexion, Bill Crowder lui répondit ceci ; « Eh bien, d’abord, en tant que pasteur âgé, je peux dire que pas tous les pasteurs âgés sont amers. Ceci étant dit, je pense qu’il y a quelques raisons qui font en sorte que plusieurs d’entre eux le sont. Premièrement, les pasteurs reçoivent très peu d’encouragement. Pourtant ils conjuguent avec des personnes qui sont le plus souvent dans les moments les plus noirs et les plus difficiles de leurs vies. C’est un travail vidant. Deuxièmement, le niveau des attentes que les gens ont envers eux est tellement élevé que l’échec est presque inévitable. Des années à se donner pour les besoins et le bien-être des autres, tout en étant constamment critiqué pour ne pas rencontrer des standards arbitraires et injustes, peut vraiment venir à bout d’un pasteur et l’épuiser. »

Les gens ont des attentes. Et ces attentes peuvent être paralysantes pour quelqu’un qui a la charge de guider le troupeau de Dieu. Afin de garder une vision claire et nos priorités en ligne, ceux parmi nous qui servons les autres au nom de Christ peuvent retirer un bénéfice en se rappelant régulièrement de ce qui compte vraiment et pourquoi. Même s’il est important de connaître ce que les gens attendent de nous, il est encore plus important de réajuster notre pensée au sujet des quoi, pourquoi et comment notre Seigneur s’attend de nous.

L’apôtre Paul a compris comment le travail dans une église locale pouvait être un défi. Il a aussi compris que pour les serviteurs de Christ, le travail pastoral avec toutes les attentes qu’il génère pouvait être accablant. C’est ce qui motive en partie ses écrits dans trois des livres du Nouveau Testament : 1 Timothée, 2 Timothée et Tite.

Paul avait entraîné Timothée et Titus et voulait continuer à investir dans leur développement spirituel et pastoral. Pour les aider à être des serviteurs efficaces de Christ, il leur a constamment fourni des instructions. Dans ces lettres, souvent décrites comme « des épîtres pastorales », nous voyons des choses merveilleuses au sujet du souci que l’apôtre Paul se fait pour ces jeunes serviteurs de Christ. Dans ses écrits nous voyons son affection pour eux (1 Tm. 1.2 ; 3.14 ; 2 Tm. 1.2 ; 4.9 ; Ti. 1.4), le souci qu’il se fait pour eux (1 Tm. 4.12 ; 5.23 ; 2 Tm. 1.8 ; Ti. 2.15), ses recommandations ( 1 Tm. 1.18 ; 4.14 ; 6.2 – 11.2 ; 2 Tm. 2.1 ; Ti 2.1).

La suite ici: Le pouvoir des attentes (2e partie)