La lettre du mois de décembre 2017

Par : Marlène Bilodeau

L’ESPÉRANCE

Romains 15.13 : Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous bondiez en espérance par la puissance du Saint-Esprit.

Il y a deux sortes d’espérance. Il y a l’espérance qui correspond à un souhait et l’espérance qui correspond à une certitude que tout va bien et que ce que Dieu dit par rapport à notre situation va vraiment se produire par sa puissance et sa faveur envers nous.

Quand je dis à quelqu’un, qui me parle d’une difficulté qu’il vit, que Dieu va pourvoir, qu’il va intervenir tout en citant ce que Dieu promet par rapport à sa situation et que la personne me répond… je l’espère…un « je l’espère » qui ressemble à un souhait que cela va se produire. Comme on dit espérer qu’il fera beau demain parce que nous croyons que nous n’avons aucun pouvoir sur la température. Un « je l’espère » qui dénote une certitude d’être à la merci de ce qui arrivera en espérant que ce sera bien. Par exemple : « J’espère bien que cela va fonctionner ». Voici la traduction ou le sous-entendu de cette dernière citation… « mais je ne suis pas plus rassuré. Je vais attendre pour voir ce qui va se passer. Je l’espère, mais je ne me fais pas trop d’idée parce qu’il n’y a rien de certain. »

J’espère que mon équipe va gagner la coupe de monde ou j’espère que mes parents vont me donner les cadeaux que je souhaite pour Noël.

Le chirurgien espère qu’il réussira à enlever toutes les traces de cancer et comme il vit d’une espérance qui ne garantit rien de certain, même si l’opération a réussi, il prescrit des traitement de « chimio » pour 2 ans au cas où cela n’a pas réussi.

Ce genre d’espoir est relié à une chose que nous voulons voir arriver, mais pour laquelle nous n’avons aucun moyen de savoir que ce sera le cas.

L’autre espoir ou espérance est celle décrite par l’apôtre Paul dans Romains 15.13.

Cette espérance porte un nom : Jésus.

Les juifs vivaient avec l’espoir de voir arriver le Messie promis et comme le temps passait et qu’il ne venait pas, ils en étaient venus à ne plus l’espérer.

C’est la raison pour laquelle très peu ont réalisé, lorsque Jésus est né, que cette espérance venait de se présenter. L’espérance pour le pardon des péchés. L’espérance d’un futur lumineux pour toujours. L’espérance de la présence et la puissance de Dieu dans la vie de tous les jours. L’espérance qui nous rend capable d’oublier le passé et de fixer notre regard sur les choses qui ne déçoivent pas. Une espérance, qui grâce à Jésus, est une certitude et pas juste un autre souhait qui s’écrase sur le rocher de la réalité.

Un homme a écrit : Pourquoi suis-je découragé ? Pourquoi mon cœur est-il si triste ? Je paraphrase le roi David qui a déclarer cela dans l’un des psaumes.

Nous avons tous connu cela. Mais grâce à Jésus nous n’avons pas à arrêter là. Nous lisons plus loin dans le même psaume : « Je vais placer ma confiance en Dieu ! Je vais le louer encore – mon Sauveur et mon Dieu. »

Psaume 42.6-7

Jésus est venu pour nous donner quelque chose de mieux que la déception de la vie sur la planète terre. Et lorsque par la foi vous vous saisissez de lui et de tout ce qu’il a promis, vous pouvez avoir une espérance qui n’est plus un souhait avec les doigts croisés cachés derrière votre dos, mais vous allez avoir l’espérance qui est plutôt un optimisme confiant et courageux qui est enraciné dans la sureté de sa Parole.

Autrement dit, allez déclarez : « Mon espérance est dans la promesse de Dieu à ce sujet et je ne lâcherai pas tant que cela ne sera pas produit parce que j’ai la certitude que cela va arriver parce que Jésus est mon Sauveur et mon Seigneur. Je prend une attitude sereine et optimiste et je ne laisse rien me décourager parce que Dieu ne peut pas mentir et Jésus est venu afin que l’espoir, le seul vrai qui sauve, soit mon lot.  Il faut cependant avoir reçu Jésus dans notre coeur et lui avoir surtout remis complètement notre vie. Aussi longtemps que je retiens quelque chose que j’essaie de contrôler, j’endommage mon espérance…ma foi.

Aujourd’hui, en tant qu’enfant de Dieu notre espérance peut être une attente et une anticipation qui repose sur ce que nous croyons. Ce qui veut dire que notre espérance peut être solide parce qu’elle repose sur la bonté et la fidélité de Dieu et non sur nos mérites, nos bonnes actions et notre perfection.

C’est cette espérance que l’apôtre Paul décrit dans le livre de Romains.

Romains 15.13

Dans cette prière de l’apôtre Paul nous voyons deux choses significatives au sujet de l’espérance

Premièrement, Dieu est la source de l’espérance. Une attente joyeuse n’est pas sans fondement. La fondation de l’espérance n’est pas une théorie ou une philosophie : elle une personne.

L’espérance est une réalité enracinée en Dieu lui-même, ce n’est une chose que nous pouvons produire par notre propre force.

Deuxièmement, Paul dit que nous pouvons abonder en espérance. Abondance… quelque chose qui ne peut être comptée, mesurée, pesée… infinie, qui se renouvelle sans cesse.

Dieu donne son Esprit à ses enfants et l’espérance puissante vient de lui.

L’espérance n’est pas quelque chose que nous faisons avec les dents serrées et les doigts croisés.

L’espérance – l’attente joyeuse – est quelque chose qui nous est donné par Dieu à travers son Fils Jésus.

L’espérance est quelque chose que nous pouvons avoir et prendre pour acquis que nous l’avons et que nous pouvons espérés et que nous ne serons pas déçus.

Nous possédons l’espérance lorsque nous connaissons le Dieu qui est la source et la raison de l’espérance.

L’espérance authentique celle qui vient de Dieu, va nous fortifier lorsque nous affrontons les divers défis de la vie si nous regardons ces défis avec les lentilles du caractère de Dieu.

Finalement, l’espérance qui produit le fruit de nos attentes doit être fondée sur la Parole. Si nous ne savons pas ce que Dieu a promis, sur quoi sera basée notre espérance. Elle sera fondée sur le vide et non le Rocher des Âges : Dieu.

Je vous souhaite un Joyeux Noël et vous exhorte à être politiquement incorrect durant cette saison et de ne pas souhaiter de Joyeuses Fêtes, mais bien de souhaiter Joyeux Noël. Parce que Jésus est la raison de cette saison.

 Devenez partenaire

Accueil